Casse-Noisette et les Quatre Royaumes – Notre critique !

Fiche Info

  • Date de sortie française : 28 novembre 2018
  • Titre en VO : The Nutcracker and the Four Realms
  • Sortie étasunienne : 2 novembre 2018
  • Production : Walt Disney Pictures
  • Budget : 120 millions de $
  • Recettes mondiales : 139 millions de $
  • Nombres d’entrées en France : En cours…
  • Sortie vidéo : 5 avril 2019
  • Réalisateurs : Lasse Hallström et Joe Johnston
  • Producteurs : Larry Franco et Mark Gordon
  • Scénariste : Ashleigh Powell
  • Compositeur : James Newton Howard

Création du film

Le film est annoncé en 2016 par The Hollywood Reporter en annonçant que les studios Disney adapteraient en Live le célèbre ballet de Piotr Ilitch Tchaïkovski, Casse-Noisette. Ce sera la deuxième adaptation de la firme puisque ce ballet avait déjà inspiré un court-métrage faisant partie de Fantasia.

Le tournage commence en octobre 2016 à Londres, sous la coupe du réalisateur Lasse Hallström (Hatchi, Gilbert Grape, Le Chocolat). Finalement, fin 2017, Joe Johnson (Captain America – First Avenger, Jumanji, Chérie, j’ai rétréci les gosses) est choisi pour réaliser les reshoots.

Notre avis sur le film

Avant toute chose, il est bon de préciser la situation de la branche Live de Walt Disney Pictures. On se demande presque où sont passés les bons scénaristes, tant les scripts qui en sortent sont, pour la plupart, bourrés de défauts (Un Raccourci dans le Temps, Pirates des Caraïbes 5) ou sans grande originalité (La Belle et la Bête, Cendrillon). Malheureusement, il n’y a que les remakes Live qui ont la côte au box-office actuellement. Cependant, lorsque l’on voit la qualité des dernières productions Live Disney, on peut comprendre pourquoi, et Casse-Noisette et les Quatre Royaumes n’est pas pas prêt de changer la donne…

Commençons par le positif : Casse-Noisette et les Quatre Royaume est un régal visuel, il y a une explosion de couleurs sur certains plans et la photographie est propre. Chaque scène fourmille de détail, tout est bien fini et les costumes sont très bien travaillés. Tout cela permet de donner un vrai cadre de vie aux événements et chaque lieu dégage une vraie ambiance et identité. Seul bémol sur le visuel, les CGI sont très présents et cela se remarque très facilement.

Tout ce visuel travaillé touche son summum lors de la scène du ballet, très professionnelle et originale. Ainsi, c’est véritablement de la magie ou de l’émerveillement qui peut ressortir de certaines de ces scènes. On notera par exemple la scène où Clara entre dans le monde des Quatre Royaumes ou bien la séquence d’introduction de Mère Ginger. De plus,  James Newton Howard a vraiment été inspirée pour la bande-originale avec des clins d’œil aux partitions de Tchaïkovski tout en donnant une vraie dynamique et une vie à certaines scènes.

Cependant, à part ce visuel, peu de choses sont à sauver puisque le scénario est bien bancal. C’est tout simple : cette histoire n’a rien à raconter. Rien. On sent les idées tirées d’autres films (notamment Le Monde de Narnia), la fin est prévisible, la morale n’est pas pertinente car déjà-vue, les personnages paraissent très faux, et il n’y a que deux royaumes qui sont exploités sur quatre. Finalement après ce visionnage, peu d’éléments resteront en tête.

Toujours un problème du scénario mais aussi des réalisateurs, les personnages sont vraiment ridicules, voire parfois à la limite du supportable. Seul trois sortent du lot. D’abord, Helen Mirren réussit à donner vie à Mère Gringer et la rend vraiment intéressante, ça en devient même le meilleur personnage du film. Morgan Freeman (qui interprète Drosselmeyer) réussit à donner un peu plus d’épaisseur à son personnage, bien que l’acteur ne se cantonne qu’au rôle de « vieux sage secondaires » depuis des années, l’époque de Seven, Million Dollar Baby ou Invictus parait très loin… On notera tout de même la très bonne interprétation de Mackenzie Foy qui rendre crédible son personnage dans un scénario qui aurait pu faire tout le contraire.

Finalement, ceux qui s’en sortent très mal dans ce casting, ce sont les dirigeants des trois royaumes, et notamment Keira Knightley. Après son excellente prestation dans la saga Pirates des Caraïbes et plus récemment dans Imitation Game, la pauvre vient de perdre toute crédibilité en interprétant la Fée Dragée. En effet, elle réussit à être insupportable et ridicule en criant dans tout les sens, avec un personnage rose bonbon et dont on a dû mal à croire à ses convictions.

En conclusion, Casse-Noisette et les Quatre Royaumes est une belle coquille vide. Il est visuellement travaillé et réussi, avec de belles têtes de casting, une jolie bande-originale et un bon rythme. Cependant, à part la Mère Ginger, tout les personnages manquent d’intérêt et de construction, quand ils ne sont pas complètement ridicules, dans un scénario qui n’a aucune créativité. La branche Live de Disney parait donc très bas, en espérant que Artemis Fowl, Dumbo ou Jungle Cruise réussissent à remonter le niveau ces prochaines années.

Notre avis sur l’édition vidéo

A venir…