The Defenders – Notre critique !

Fiche info

  • Date de sortie : 18 août 2017
  • Production : Marvel Studios / ABC Studios / Netflix
  • Sortie vidéo : A venir…
  • Durée moyenne des épisodes : 50 minutes
  • Durée totale : 7h20
  • Nombres de saisons : 1
  • Nombre d’épisodes : 8

Liste des épisodes :

  1. Le Mot qui commence par H (The H Word)
  2. Un sacré crochet du droit (Mean Right Hook)
  3. Comportement déplorable (Worst Behavior)
  4. Dragon royal (Royal Dragon)
  5. Refuge (Take Shelter)
  6. Les Cendres (Ashes, Ashes)
  7. Fish in the Jailhouse (Fish in the Jailhouse)
  8. Les Defenders (The Defenders)

Création de la série

Tout commence par un succès qui est le fruit de la collaboration entre Netflix et Marvel Studios : la série Daredevil sort sur Netflix le 10 avril 2015. Succès critique et public, il s’en suit alors une deuxième saison mais aussi trois autres séries se déroulant dans le même univers : Jessica Jones, Luke Cage puis Iron Fist. Très vite, il est annoncé que ces quatre héros s’uniront dans une nouvelle série pour former les Defenders.

Après quelques annonces de casting, le tournage débute en novembre 2016, à New York City.

Notre avis sur la série

Autant dire que dès la saison 1 de Daredevil, les attentes pour les autres séries de cet univers étaient très élevées. Bien que Jessica Jones, Luke Cage et Iron Fist soient des séries de très bonne facture, elles restent néanmoins un cran en dessous des deux saisons de Daredevil (selon mon humble avis, bien entendu). Mais les personnages ont tous été travaillés, on connait bien chacun des personnages secondaires et on a qu’une envie à la fin de chaque série : que les héros s’unissent.

Pour cela, la production a confié la série à Douglas Petrie et Marco Ramirez, créateurs de Daredevil. En plus de cela, l’actrice mondialement reconnu, Sigourney Weaver, a rejoint le casting. Autant dire que Marvel faisait tout pour que cette réunion soit la plus grandiose et la plus réussie possible.

Le plus grand atout de cette série, c’est que les 8 épisodes se regardent d’une traite. En effet, chaque épisode de 50 minutes se laisse très facilement regarder et chaque cliffhanger nous donne envie de voir l’opus suivant. Les épisodes sont riches en événements et la série évite de tomber dans un piège que trop de séries connaissent : faire avancer le scénario qu’à la fin de l’épisode, pour le cliffhanger.

Mais revenons aux héros de la série : Les Defenders. Pas besoin d’apprendre à les connaître, on les connait que trop bien. Ainsi, on rentre tout de suite dans le vif du sujet, leur rassemblement, et les premiers épisodes se centrent sur ce rapprochement de plus en plus présent. Chaque face-à-face entre les personnages des différentes séries est savoureuse tant c’était attendu. Cela donne également des scènes où l’humour fait mouche et où l’action fonctionne lorsque qu’ils s’allient. La Main est leur ennemi commun, et on comprend enfin son fonctionnement, son histoire, ses liens avec l’Iron Fist, sa taille, ses motivations, mais on réalise aussi ses limites. Pour représenter cette nouvelle menace, Sigourney Weaver se glisse dans le rôle d’Alexandra, chef de la Main depuis des décennies. L’actrice phare de la saga Alien donne une vraie épaisseur à son personnage, qui est remplie de charisme à chaque fois qu’elle apparaît à l’écran. La Main devient vraiment une organisation intéressante car elle est constituée de personnages bien connus des séries précédentes mais avant tout, il y a de vieilles relations entre ses différents membres principaux.

Vous l’aurez compris, les Defenders vont s’opposer à La Main qui veulent détruire New York City. Et c’est alors qu’apparaît un problème déjà présent dans les films du MCU, comment se fait-il que de graves problèmes surgissent dans la « Big Apple » sans qu’un membre des Avengers ne soit au courant et intervienne ? Bien que les événements sont censés se dérouler après Spider-Man : Homecoming, le QG des Avengers est donc déplacé plus à l’intérieur des terres, mais il est difficilement concevable qu’aucun Avengers ne soit sur NYC aux moments des événements, ou même qu’aucun n’en soit informé pour intervenir. Cela s’explique évidemment par le manque de budget (et peut-être d’ambition) pour la série et du fait que Marvel Studios désire que ces séries soient pour le moment distinctes de leurs films.

Mais cela n’empêche en rien d’avoir des confrontations dynamiques, violentes et parfois épiques. Malheureusement, ce côté épique est principalement dû à la complémentarité entre nos héros. En effet, les scènes d’actions ont du mal à être soignées. Ainsi, dans Daredevil le côté sombre et très sanglant des combats faisait leur charme. Ici, on assiste à un problème de photographie, de réalisation et de direction artistique qui nous livre du bon, mais pas ce à quoi on était habitué et encore moins ce que l’on pouvait espérer. La direction prise pour cette série se veut ainsi plus familiale, pour toucher un plus large public. Dans Daredevil, il y avait un côté sombre et sanglant (presque trash). Dans Jessica Jones, c’était plus pervers avec de l’alcool, de l’érotisme et un personnage psychopathe. Enfin, Luke Cage tirait parti de la violence physique de ses combats. Ici, on a tout cela à la fois, mais à un degré moindre, ce qui est réellement regrettable.

Veuillez notez que le dernier épisode a un petit problème : la série se termine à la moitié de celui-ci. Il y a alors quelques dizaines de minutes de remplissage un peu longues, pour une série de seulement 8 épisodes, c’est problématique. La BO sert la série mais n’a aucun moment vraiment mémorable. Il en est de même pour le générique, qui n’a rien à voir avec celui de Daredevil que l’on ne se lassera pas de regarder.

En conclusion, on pouvait en attendre plus. La production ayant pris les meilleurs, on pouvait s’attendre à avoir une série du même niveau que Daredevil. Malheureusement, même si la série reste de très bonne facture, cette union de super-héros déçoit un peu pour ses défauts et parce qu’on pouvait tout simplement en demander plus (des scènes plus osées, des images marquantes ou encore Alexandra dans des scènes d’actions).

Restez jusqu’à la fin du générique pour le dernier épisode, une bande-annonce prometteuse vous attend.

Notre avis sur l’édition vidéo

A venir…