Un Raccourci dans le Temps – Notre critique !

Fiche info

  • Date de sortie française : 14 mars 2018
  • Titre en VO : A Wrinkle in Time
  • Sortie étasunienne : 9 mars 2018
  • Production : Walt Disney Pictures
  • Budget : 103 millions de $
  • Recettes mondiales : 51 millions de $ (en cours)
  • Nombres d’entrées en France :  A venir…
  • Sortie vidéo : A venir…
  • Réalisatrice : Ava DuVernay
  • Producteurs : Jim Whitaker et Catherine Hand
  • Scénaristes : Jennifer Lee et Jeff Stockwell
  • Compositeur : Ramin Djawadi

Création du film

Le projet est annoncé en 2014 avec les producteurs et scénaristes annoncé en même temps. Ce sera la seconde adaptation du célèbre ouvrage de Madeleine L’Engle par Disney, puisque le studio avait déjà produit une adaptation en téléfilm en 2004, ils en avaient donc déjà les droits. Il faudra attendre deux ans plus tard pour avoir le nom de la réalisatrice, Ava DuVernay. Le long de cette même année 2016, le casting se remplie et le tournage débute le 2 novembre 2016 et durera environ 4 mois.

La réalisatrice, Ava DuVernay

Notre avis sur le film

Il s’agit là d’un film à part dans la filmographie de Disney. En effet, la direction artistique est assez particulière car elle mêle le genre blockbuster et film expérimental. Explications. Ava DuVernay, qui est la première femme à réaliser un film avec un budget supérieur à 100 millions de $, sait diriger ses acteurs, insuffler du souffle à son film et nous offrir de très jolis plans. Certains plans sont d’ailleurs très originaux et créatifs, à un tel point qu’il s’en dégage une atmosphère de film expérimental. Ainsi, le film est composé de bons nombres de scènes, créatures ou personnages mémorables, grâce aux équipes qui ont su créer des choses originales dans tout les sens du terme.

Seuleument, cet aspect expérimental fait de Un Raccourci dans le Temps un des films les plus bizarres de chez Walt Disney Pictures. Certaines de ces scènes créent un suspense réussis et une ambiance inquiétante, mais d’autres scènes peuvent nous laisser plus dubitatifs. Mais ce qui est le plus criant dans le visuel, ce sont les effets spéciaux. En effet, pour un budget de plus de 100 millions de $, certains CGI font presque penser à un film d’animation tant ils sont peu réalistes, en pourrait presque croire que c’est un parti pris de la direction artistique que de faire des effets visuels voyants. Un gros défaut pour une production de cette envergure.

Voilà pour le visuel. Le scénario a un bon point pour un film de science-fiction de deux heures, il se suit sans se casser la tête pour essayer de le comprendre et surtout il ne comporte pas de longueurs. En effet, le film est bien rythmé et le but est clairement défini. Mais pour le reste du scénario, c’est assez négatif.

Le principal défaut vient de l’écriture des personnages. Aucun ne se révèle vraiment attachant, si ce n’est le personnage principal, Meg Murry (dont l’interprétation de Storm Reid lui prédit un bon avenir, on l’espère) qui est bien construit et connait une bonne évolution. Les autres personnages sont plutôt insipides. Mrs. Which, Mrs. Whatsit et Mrs. Who (respectivement Madame Quidam, Madame Quiproquo et Madame Qui en VF) ne peuvent compter que sur le charisme des célèbres actrices que sont Oprah Winfrey, Reese Wintherspoon et Mindy Kaling. En effet, ces personnages paraissent plutôt ridicules et ne servent qu’au début de l’histoire.

Charles Wallace (interprété par Deric McCabe) est assez insipide lui aussi et devient même tête-à-claque à un moment du film. Le problème est tout autre pour Calvin O’Keefe , personnage qui atterrit dans le film presque par hasard, et qui participe à l’aventure sans servir à rien. Seul la prestation de l’étoile montante Levi Miller sauve le personnage de l’oubli après visionnage. Malheureusement, on aurait presque du mal à croire que ce soit Jennifer Lee, scénariste de La Reine des Neiges, qui se soit aussi occupée de ce scénario tant les liens entre les personnages peinent à émouvoir ou ne serait ce qu’être intéressant. Christopher Nolan s’est d’ailleurs inspiré du roman de Madeleine L’Engle pour son film Interstellar, force est de constater que les relations entre les personnages sont bien plus réussies dans ce film que dans la production Disney.

Finalement, Un Raccourci dans le Temps restera une aventure de science-fiction sympathique, visuellement créatif avec un univers et une ambiance bien à lui, aidée par une jolie bande-originale. Les morceaux de Sia, Demi Lovato et Sade sont d’ailleurs agréables à écouter et s’insèrent bien dans l’œuvre. L’aspect expérimental du film est à la fois un point fort car il le démarque des autres blockbusters, mais également un point faible car le résultat parait parfois très étrange, et ce n’est pas aidé par certains effets spéciaux moyens voire clairement voyants. Le scénario n’a rien de très mémorable, les enjeux ne se font pas réellement ressentir, les personnages sont mal écrits et la fin se laisse deviner. Le film est donc à voir pour son univers créatif et original, son casting et surtout son ambiance qui sort de l’ordinaire, mais il est dommage que ça n’aille pas plus loin, car il y avait du potentiel.

Notre avis sur l’édition vidéo

A venir…